f t g RSS

mymonkey gallery

My monkey is a french gallery and a small coworking space. It is a good place to see good contemporary art & design.
0 comments

Koralie

Koralie

Drawing


Originaire de Montpellier, Koralie est un petit bout de femme de 27 ans qui a grandi avec la culture manga des années 80. C’est sans doute cette admiration pour les illustrateurs japonais qui l’a impreignée et s’est transformée en véritable passion pour la culture japonaise, d’abord contemporaine puis traditionnelle.
Motivée par son envie de dessiner et de créer, elle suit des formations artistiques. Elle étudie en parallèle les arts plastiques et l’architecture à Montpellier. Elle acquière ainsi un ensemble de connaissances techniques et artistiques, ainsi qu’une certaine rigueur qui la motivent à chercher son propre style graphique.

Elle fait ses premières expositions dans le cadre universitaire, mais cela ne la contente pas: les sujets et les thèmes imposés ne correspondent ni à sa sensibilité, ni à son imaginaire. Elle décide de s’isoler de ces circuits, afin d’exposer des toiles qui lui ressemblent plus. C’est ainsi que nait son petit personnage nippon, au sourire malicieux, tout en rondeur et plein de tendresse.
Comme on joue à la poupée, elle s’amuse à le coiffer et à l’habiller. Elle s’inspire et mêle l’élégance des geishas aux teintes acidulées des mangas, créant une icône graphique à mi-chemin entre sensualité et pudeur. Certaines de ses peintures attendrissent ou amusent, d’autres, plus fouillées, se contemplent comme un jardin japonais.

1999, après une longue série d’expositions, elle est encouragée par ses amis graffeurs et commence alors ses peintures urbaines sur les murs de Toulouse. Cette expérience du contact direct avec la ville et le public l’échappe de l’isolement de l’atelier. Elle prend ses marques dans cette nouvelle expression et, en confiance, elle décide d’agir dans sa ville en respectant l’architecture à laquelle elle est si sensible. Comme tout graffeur, ses lieux de prédilection sont des murs gris et abandonnés, des rideaux de fer, des palissades… Elle expose ses œuvres éphémères dans la rue, sans provocation, par pur plaisir ludique et dans l’espoir de rompre la monotonie de la ville.

Ce n’est qu’en 2001, qu’elle s’intéresse enfin à l’informatique, outil qu’elle avait pendant longtemps méprisé. C’est une révélation, elle se plaît à intégrer à son univers de nouveaux éléments graphiques et de la photographie. Le graphisme fait aujourd’hui partie intégrante de son travail.

Koralie est une artiste touchante qui a su préserver son âme d’enfant. Elle continue à se laisser surprendre par la vie et à s’en amuser. C’est peut-être ce qui lui permet aujourd’hui de conserver candeur et fraicheur dans ses productions naïves et colorées…