f t g RSS

mymonkey gallery

My monkey is a french gallery and a small coworking space. It is a good place to see good contemporary art & design.
0 comments

Dixparitions

galerie mymonkey
2013

Book design


Le mot disparition est effrayant à première vue car il nous évoque le temps qui passe, son déterminisme et, surtout, que rien n’est immuable. Nous les premiers. Point focal de nos angoisses, il contient le changement, lʼinconnu et le mystique: pourquoi? où? et maintenant? et après? Disparition, fin des choses et des époques. Avec ce mot, nous sommes renvoyés à notre humanité, dont lʼexistence est si précaire.
Pourtant, et parce quʼelle nʼest pas purement et simplement synonyme de fin, la disparition exprime aussi une transformation ou un déplacement.
«Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme» disait Lavoisier.
Un élément disparaît, un nouveau apparaît (le même peut-être), et cʼest là que réside toute lʼambiguïté et la complexité de ce mot, qui en définitive contient à la fois nostalgie et espoir selon que le verre est à moitié vide ou à moitié plein.

Hégémonie de lʼimage, ubiquité, miniaturisation, la question de la disparition se soulève de plus en plus dans notre quotidien alors que nos écrans, trous noirs absorbants, dématérialisent notre monde. Malgré cela, le besoin de toucher, de manipuler, de vivre lʼexpérience physique ou tactile, nʼest pas balayée et le livre, tout comme lʼart, continue de susciter des envies de rencontres charnelles.
Cʼest donc au travers dʼun cahier thématique que la galerie My monkey a souhaité cristalliser 10 années dʼexpositions et dʼactions artistiques, invitant quelques-uns des acteurs rencontrés durant cette aventure (artistes, invités, collaborateurs, bénévoles, stagiaires…) à interpréter la notion de disparition. Chacun amène sa propre réflexion, quʼelle touche les sentiments et lʼaffect ou côtoie le jeu des sens et des mots. Il en résulte un cahier qui ne prétend pas englober la complexité de cette notion mais laisse ses invités en parler à leur manière.

Au-delà dʼune simple réflexion introspective liée à la période symbolique et charnière de ses 10 ans dʼexistence, la galerie My monkey a voulu se pencher et sʼinterroger sur cette notion de disparition, exprimant ainsi la fragilité de son existence en tant que lieu de diffusion et structure associative.

My monkey a 10 ans. Youpi.

Avec la participation de:
Lisa Annicchiarico, Thomas Batzenschlager, Pam Bee, Frédérique Bertrand, Danica Bijeljac, Anne Breton, Jean-Philippe Bretin, Ludmilla Cerveny, Laura Chenus, Samuel François, Morgan Fortems, Philippe Garenc, Sandra Garrido Campos, Julien Grossman, Nils Guadagnin, Isidore Hibou, Christine Hilliard, Icinori, Sane Jung, Julien Kedryna, Sarah Kremer, Thomas Bouville, Mathieu Lambert, Emilie Lamy, Le Club Des Chevreuils, Charlène Marchand, Amandine Meyer, mymonkey, Jessica Monnin, Jean-Baptiste Péron, Jochen Gerner, Célia Picard, Pleaseletmedesign, Qubogas, Superscript², Tolojanahary Ranaivosoa, Andy Rankin, Julien Rubiloni, Philippe Schweyer, Claire Trotignon…

14.5 × 24 cm, 128 pages, couleur
Papier recyclé, encre thermo sensible, pages non massicotées.
My monkey, 2012

15.00€