f t g RSS

mymonkey gallery

My monkey is a french gallery and a small coworking space. It is a good place to see good contemporary art & design.

exhibitions, news

Anouk Ricard
0 comments

Anouk Ricard

En 25 ans de pratique depuis sa sortie des Arts décoratifs de Strasbourg, l’auteure a caractérisé son style narratif drôle et direct, faussement naïf, pour ouvrir une fenêtre sensible sur nos individualités et leur importance — mais aussi leur fragilité — dans nos interactions sociales: complicités, pudeurs, inquiétudes essaiment les strips de la Lyonnaise qui, en cinq ou six cases, crée, avec un humour décapant jusqu’au cynisme, une connivence qui glisse facilement vers l’identification.

Il n’y a rien de sensationnel dans les humeurs d’Anouk, mais une banalité touchante où un esprit potache le partage à une maturité indulgente dans les bulles d’Anna et Froga, qui lui ont fait connaître les sélections d’Angoulême, et jusqu’aux fantasmes érotiques de Mme Chatte pour les éditions Les Requins Marteaux. Son dernier projet Boule de feu, paru chez 2024, met en scène ses personnages anthropomorphes dans les décors aux volumes numériques psychédéliques d’Étienne Chaize, inaugurant une collaboration bigarrée et facétieuse.

Les espiègles animaux parlants d’Anouk Ricard sont programmés à la galerie dans le cadre du festival de microédition L’Enfer, et seront donc visibles le week-end des 12 et 13 septembre en plus des heures d’ouverture habituelles.

Vernissage jeudi 10 septembre à 15h avec masque obligatoire, un horaire et des conditions exceptionnels pour respecter les mesures de prévention et limiter autant que possible les regroupements trop importants.

Anouk Ricard a également prêté quelques-un de ses dessins pour un tirage spécial en risographie, édité en nombre limité par My monkey pendant les vacances et à retrouver sur le nouveau shop.

0 comments

Managing the Wild

Soucieux de politiser, ou du moins responsabiliser la démarche du designer, le duo Isabel Seiffert et Christoph Miller questionne la vaste notion des flux, en dégageant notamment les problématiques liées aux flux migratoires: leur nom (« offshore » signifie « au large ») rappelle que, comme les contributeurs de leur revue interdisciplinaire en six volumes, Migrant, leur pays d’origine est différent de celui dans lequel ils ont décidé de vivre aujourd’hui. Entre essai et design, Offshore Studio se saisit des données numériques, textuelles, photographiques, schématiques, et leur offre une lecture écologique dans un de ses sens les plus larges: celui de la relation entre l’être humain et son environnement moral, social, économique.
Fruit d’une résidence à la Jan van Eyck Academie de Maastricht, la scénographie de Managing the Wild proposée à la galerie My monkey se penche sur la réapparition du loup en Suisse. En donnant une forme artistique auto-générée ou élaborée aux matériaux scientifiques (photographies, interviews, archives), Christoph et Isabel conduisent une narration qui interroge notre obsession pour le contrôle de la nature, et l’implication de la technologie dans ce rapport de force.
En parallèle de cette exposition, Offshore Studio animera un atelier à l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, entre le 16 et le 18 novembre.

www.offshorestudio.ch